Éco Actu

Le 1er avril, PortNet activera un nouveau service de programmation électronique d’enlèvement des conteneurs des terminaux portuaires. Ce dispositif, qui permettra de fluidifier la sortie des marchandises, sera lancé d’abord à Casablanca avant d'être généralisé aux ports gérés par l'ANP. Pour son lancement, une rencontre est programmée pour le 27 mars à la CGEM.

Une nouvelle étape dans la dématérialisation et la simplification des procédures du commerce extérieur. À partir du 1er avril, PortNet activera un nouveau service de programmation électronique d’enlèvement des conteneurs des terminaux portuaires. Ce service est censé rendre les ports et les entreprises plus compétitifs (en termes notamment de coût) en fluidifiant la sortie des conteneurs. «Ce nouveau dispositif consiste en une prise de rendez-vous à distance entre l’importateur ou son déclarant et l’opérateur du terminal portuaire. La date et la plage horaire sont proposées par le déclarant et validées par le gestionnaire du terminal en tant que rendez-vous précisant toutes les informations sur la marchandise, le mode de transport et le transporteur», indique le top management de PortNet, le guichet unique national des procédures du commerce extérieur. Attendu par une communauté de plus de 30.000 importateurs, en plus des transitaires et des transporteurs, ce service s’inscrit dans le cadre du renforcement de la compétitivité portuaire et logistique au profit des opérateurs du commerce extérieur. Pour le lancement, «nous allons commencer par les terminaux du port de Casablanca avant de le généraliser aux autres ports à leur convenance. Le service est conçu pour être multiports et multiterminaux», déclare, au Matin-Eco, Jalal Benhayoun. Le directeur général de PortNet annonce un séminaire pour le 27 mars à Casablanca en partenariat avec la CGEM au siège de cette dernière, afin de faire découvrir aux opérateurs «cette nouvelle façon de programmer les enlèvements des conteneurs des terminaux du port». En clair, cette nouvelle solution permettra l’élimination des files d’attente au niveau des accès du port et des terminaux, ce qui fluidifiera notamment les accès et la circulation au sein de la zone portuaire. Le dispositif aidera également à améliorer l’anticipation et la planification des opérations de sortie de marchandises du port. Et ce n’est pas tout. Ce service a aussi pour objectif de réduire les coûts relatifs à l’enlèvement de marchandise. Selon des statistiques officielles de PortNet, les dossiers soumis, via PortNet, à l’inspection des organismes de contrôle concernant la phase d’enlèvement ont atteint une moyenne mensuelle d’environ 7.500 dossiers en 2017. 

Rappelons, par ailleurs, que le trafic des ports relevant de l’ANP a atteint 83,6 millions de tonnes (MT) en 2017, dont 47,7 MT à l'importation et 32,4 MT à l'exportation. Avec une part de 37,1% des flux globaux, Casablanca demeure le premier port suivi de Jorf-Lasfar (35,4%). Le trafic conteneurisé dans les ports gérés par l’ANP a porté sur 1.190.009 équivalents vingt pieds (dont 532.930 à l’import), marquant une hausse de 3,8% par rapport à 2016. Le port de Casablanca a fait l’essentiel avec 986.926 EVP, dont 431.524 à l’importation. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma