Éco Actu

L'année 2017 aura été un bon cru pour le marché des Introductions en Bourse en Afrique. Un nouveau record a été, en effet, enregistré en termes de valeurs des opérations. Avec 2,9 milliards de dollars, l’année écoulée a ainsi dépassé le pic de 2015 de 42%. En nombres, 28 nouvelles introductions boursières (IPO) ont été réalisées en 2017, soit le plus d’IPO observé en cinq ans. Cette tendance n’a pas, pour autant, profité au marché marocain qui quitte le Top 3 qu’il avait occupé en 2016. 
L’année 2017 a été singulièrement atone, avec zéro opération. Sur cinq ans, en revanche, le Maroc se défend mieux. Cinq introductions en Bourse ont été enregistrées entre 2013 et 2017 pour un total de 535 millions de dollars levés. Le pays se place ainsi à la 4e place sur un Top 10 dominé par l’Afrique du Sud (44 nouvelles cotations pour 4.774 millions de dollars), devant l’Égypte (13 IPO pour 1,234 milliards) et le Nigeria (4 IPO pour 760 millions). À l’échelle de l’Afrique du Nord, le Maroc est deuxième derrière l’Égypte, faisant mieux que la Tunisie (23 IPO pour 391 millions de dollars) et l’Algérie (2 IPO totalisant 69 millions). Néanmoins, la région Afrique du Nord a accusé une baisse de 61% en termes de valeurs des introductions réalisées. Pour 2018, la dynamique des marchés financiers africains, notamment pour les IPO, devrait se poursuivre. Pour Andrew Del Boccio, partenaire chez PwC Capital Markets, «l’activité prendra de l'ampleur cette année dans un contexte politique et économique plus stable. Cela inclura probablement une augmentation au niveau des opérations transfrontalières animée par les acteurs régionaux cherchant à être compétitifs sur les marchés». 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma