Éco Conseil

Qu’on le veuille ou non, l’enfant intérieur vit en chacun de nous et influence notre vie personnelle et professionnelle. Il peut être un facteur de succès et de bien-être si l’enfance a été bien vécue, comme il peut se transformer en persécuteur conduisant l’adulte vers l’échec. Pour avoir plus de détails sur ce concept et surtout pour comprendre son influence sur la vie professionnelle, nous avons rencontré Moussa Nabati, psychanalyste, thérapeute et chercheur en psychologie de l’Université de Paris VII et auteur de plusieurs ouvrages. Ce dernier était invité, récemment au Maroc par le coach Maria Bichra dans le cadre du concept «Maria Bichra’s Guest».

Éco-Conseil : Pourriez-vous nous éclairer sur la notion d’enfant intérieur ?
Moussa Nabati
: Quand on regarde une personne de l’extérieur, on voit un adulte, mais en réalité chaque être humain est double. Autrement dit, dans le psychisme de l’être humain, il y a deux personnes, deux énergies, voire deux forces qui vivent à l’intérieur de tout un chacun : il y a d’abord l’adulte qu’on voit de l’extérieur et puis il y a la partie cachée de l’iceberg, c'est-à-dire l’enfant intérieur. Ce dernier, certes nous ne le voyons pas, mais il exerce un pouvoir absolument extraordinaire sur la personne. L’enfant intérieur constitue, en quelque sorte, le passé de la personne c'est-à-dire le petit garçon ou la petite fille qu’on a été alors qu’on était enfant. Cet enfant intérieur est porteur, notamment, de désirs, de peurs et d’angoisses des parents, c’est pourquoi on parle parfois même de l’héritage transgénérationnel, c'est-à-dire des ancêtres. Quand un adulte vit dans l’ici et maintenant, il est normalement régi selon le principe de réalité, c'est-à-dire qu’il dispose d’un cœur et d’une partie émotionnelle avec une dimension de la réalité qui regroupe, notamment, la raison, la réflexion, le contrôle sur les émotions et capacité de prendre le recul nécessaire. Toutefois, quand l’enfant intérieur a été blessé, en raison par exemple du rejet et de la maltraitance, il vient dominer l’adulte. Ce dernier perd le contrôle et ne devient plus maître de lui-même. C’est pour cela que, par exemple, sur le plan professionnel, on remarque qu’une personne est beaucoup plus soumise à une émotion impulsive et débordante et est incapable d’être dans le présent, alors que le plan professionnel l’exige. On remarque aussi que certaines personnes sont beaucoup plus emportées par certaines émotions négatives, sont constamment fatiguées, n’aiment pas leur travail… Cela fait que ces personnes ne sont pas en possession de leurs facultés et c’est ce qui mène vers l’échec.

Justement, comment l’enfant intérieur influence-t-il la vie professionnelle de l’adulte ?
Quand un adulte agit sous l’influence de l’enfant intérieur, cela s’aperçoit sous différentes formes. On peut citer à titre d’exemple une personne qui n’aime pas son travail et qui avait été influencée par ses parents dans ce choix, ou encore une personne qui avait choisi un métier juste parce que son entourage lui a expliqué qu’elle va être reconnue ou qu’elle va avoir beaucoup d’argent. 
On constate ainsi qu’un adulte qui agit sous l’influence de l’enfant intérieur perd son autonomie et est incapable de décider librement de ses choix dans la vie professionnelle. Il devient ainsi poussé et contraint par le petit garçon/la petite fille qui le domine, ce qui le rend non épanoui. En milieu de travail, on peut aisément reconnaitre l’enfant intérieur, notamment lorsqu’on remarque qu’une personne consacre beaucoup de temps et d’énergie à son travail, au détriment des autres axes de sa vie, à savoir, la religion, l’amour ou encore la culture. 
Cela s’explique par le fait que quand l’enfant intérieur domine l’adulte, celui-ci aura du mal à vivre dans le cadre de son identité plurielle et il est excessivement dans un domaine complètement séquestré et emprisonné et non pas dans les autres, ce qui fait qu’il n’est pas épanoui. On peut aussi constater que l’enfant intérieur exerce son influence chez une personne qui se conduit de façon beaucoup plus affective. Elle est persécutée, cherche à établir de trop grandes proximités avec les autres et elle ne reste pas dans un cadre professionnel avec les distances que le métier exige d’elle.

Quelle démarche adopter pour retrouver son enfant intérieur ?
Il faut d’abord en être conscient. Il s’agit là d’être conscient qu’on n’est pas «un» et qu’on peut être traversé des fois par des forces dont on ne se rend pas compte. 
Autrement dit, il faut prendre conscience qu’on est des fois davantage «parlé et agi» qu’on ne parle et qu’on agit. Il faut aussi chercher à se connecter à son intérieur et à établir un dialogue avec soi tout en acceptant le fait qu’il y a une partie adulte et une partie enfant. Il ne faut surtout pas être dans le refus, dans le rejet, dans le déni ou encore dans la lutte contre cela. D’ailleurs, lorsqu’on arrive à se dédoubler et à comprendre qu’on est deux et non pas un, on parvient à s’unifier et à devenir un. 
Ce regard sur soi permet, d’une part, de se connecter à son intérieur et à ses capacités personnelles et, d’autre part, de ne pas trop idéaliser l’extérieur. Soulignons d’ailleurs que l’idéalisation de l’extérieur aboutit à un appauvrissement de soi. La démarche pour retrouver son enfant intérieur repose donc avant tout sur la prise de conscience de cette force en soi et sur la capacité de la transformer en une énergie positive et constructive.

Quels moyens se donner pour se libérer de son passé, retrouver son équilibre et avancer dans sa vie professionnelle ?
Effectivement, se libérer de son passé est un travail sur soi qui permet aussi de se libérer, notamment, de ses peurs, de ses angoisses et de sa dépression. Le seul moyen pour se libérer de son passé et retrouver son énergie, c’est de le reconnaitre. 
Je dirai même qu’on ne peut se libérer de son passé que si on essaie de faire un pèlerinage dedans afin de le connaitre tout en étant dans l’acceptation et non pas dans le rejet. Il faut donc revisiter le triangle du père, de la mère et de l’enfant pour identifier, entre autres, les émotions que l’enfant intérieur a ressenties et qui continuent à influencer justement la vie professionnelle de l’adulte. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma