Économie

La méditation pleine conscience est une technique de relaxation et de concentration, souvent recommandée pour les professionnels d’entreprise. Elle permet de gérer, notamment, les conflits, les personnes difficiles et les prises de décisions. Concrètement, l’exercice se fait dans le respect de certaines étapes bien précises permettant de détacher l’esprit du monde extérieur et de le tourner exclusivement vers le monde intérieur jusqu’à atteindre le centre d’énergie. Le point avec Imane Haddouche, consultante, coach, formatrice et auteure.

Éco-Conseil : On entend beaucoup parler de la méditation pleine conscience. Qu'est-ce que c'est ? 
Imane Haddouche :
La méditation pleine conscience est une pratique ancestrale qui nous vient d’Asie : Thaïlande, Vietnam, Inde, Tibet, Chine, Corée, et Japon. Plus connue sous le nom de «Dhyana» en sanskrit, la méditation pleine conscience est une technique de relaxation et de concentration en même temps. Il est important de préciser que la technique n’est apparentée à aucune pratique religieuse, comme beaucoup semblent le croire. C’est plutôt un processus, avec des rituels physiques et un langage étudié, pratiqué dans un ordre précis, afin de nous permettre de réussir le double challenge de relâcher l’esprit, tout en s’exerçant à le contrôler, de le vider tout en aiguisant la concentration.
L’objectif étant de doubler sa concentration et son éveil, pour vider l’esprit de toute pensée et de toute émotion, afin d’atteindre «la vacuité» (zéro pensée). Cet exercice permet de détacher l’esprit du monde extérieur et de le tourner exclusivement vers le monde intérieur, jusqu’à atteindre notre centre d’énergie. C’est aussi un moment de quiétude, de calme, et de ressourcement. La méditation serait à l’hypnose ce que la médecine alternative est à la médecine. 

Outre la gestion du stress, quels peuvent en être les champs d'application ? 
La méditation en pleine conscience est une excellente technique qui peut être utilisée au quotidien et face à différentes situations. Outre la gestion du stress, cela peut s’avérer très utile à :
• Développer la concentration.
• Développer sa mémoire.
• Gérer les prises de décisions difficiles.
• Développer un mental d’acier.
• Gérer les conflits, les colères et les personnalités difficiles.
• Se protéger dans un environnement toxique ou hostile.
• Développer la créativité.
• Lâcher prise et pardonner.
• Doper son corps d’énergie dans les moments de fatigue.
Comme elle peut être utilisée en séances individuelles, en tant que thérapie brève, pour guérir certaines blessures, mais là, on parle de «Healing Conciousness Meditation», qui nécessite un apprentissage, avant d’être ordonnancée par le maître en pratique. 

Concrètement, comment se déroule une séance de méditation pleine conscience ? 
La méditation commence par :
• La phase de préparation : avec des exercices de respiration, éventuellement, des étirements spécifiques pour préparer le corps à garder la posture pendant un long moment. Ensuite, 
on prend la posture, en lotus, demi-
lotus, ou simplement on s'assoit 
sur une chaise.
• La phase de concentration : On continue le travail de respiration, et commence un discours interne ou un discours prononcé par un guide de méditation. Le discours est construit de manière précise, avec un débit et une cadence précise, le langage est bien choisi, donnant lieu à des projections qui favorisent le processus de transcendance. 
• La phase de calme «stillness» : À un moment, on peut avoir le sentiment que le corps disparaît, l’esprit disparaît, laissant place au silence et au calme. 
• La phase de la pleine conscience : arrivé à ce niveau, on plonge dans le silence, pendant un long moment, qui sert à se ressourcer, ou à amplifier et à ancrer l’État espéré. 
• La phase de clôture : on reprend le discours, pour sortir doucement de l’État de conscience
• La phase de sortie : doucement, on revient à «l’ici maintenant», en bougeant et en s’étirant, en prenant le temps d’émerger doucement. 

Pourriez-vous partager avec nous des exercices de méditation que les collaborateurs peuvent effectuer en entreprise ? 
Se mettre dans un coin calme, éventuellement mettre des écouteurs avec un fond musical spécial méditation, et idéalement, se faire guider par un collègue, qui pourrait lire les consignes suivantes :
s’asseoir sur une chaise, le dos bien droit, comme s’il y’avait un fil qui tirait la colonne vertébrale de la base du dos jusqu’au crâne, décoller le dos du dossier de la chaise, poser les mains sur les genoux avec les paumes ouvertes, écarter les jambes, serrer le ventre, entrouvrir légèrement la bouche, en desserrant la mâchoire, et en décollant la langue du palais, fermer les yeux, et commencer une respiration en deux temps, sur 4 inspirations expirations, respirer profondément uniquement par les narines, et au niveau de la poitrine, enchaîner avec 4 inspirations par les narines et expirations par la bouche, répéter 4 fois.
Se concentrer sur la respiration, visualiser l’air qui rentre, et qui ressort, imaginer sa température, sa couleur, le bruit qu’il fait, pendant qu’il traverse notre corps. Observer les membres que la respiration implique, et ce qu’elle apporte à notre corps. Sans jugement, et sans essayer de contrôler quoi que ce soit, ni de résister à quoi que ce soit, continuer à respirer profondément.

Visualiser une fleur, de notre choix, de la forme que nous souhaitons, avec la couleur qui nous convient. Cette fleur est fournie en pétales. Les pétales correspondent à nos états d’âme, à nos préoccupations, à nos contraintes et à nos différentes identités sociales et superficielles.
Petit à petit, la fleur commence à perdre ses pétales, nous identifions chaque pétale qui tombe et nous la faisons correspondre à une pensée, une émotion, une identité superficielle… jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le cœur de la fleur, le centre, l’identité réelle et le vrai moi interne. Observer le soulagement et le calme ressenti. Amplifier ce sentiment de légèreté, de soulagement et de calme, le laisser grandir, encore et encore, le laisser prendre place complètement et pleinement. Rester calme, et garder le silence le temps d’en profiter. Et au moment voulu, à notre aise, doucement, gentiment, revenir ici maintenant, quand nous serons prêts à revenir, sans nous presser, avec ce 
sentiment de bien-être, de calme et de légèreté énergisante. 
 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma