Économie

Tout le monde l’admet. L’entretien d’embauche ne s’improvise pas, ça se prépare. Outre le choix du code vestimentaire et la maîtrise des caractéristiques du poste à pourvoir, une préparation dite mentale s’impose au candidat. Elle consiste à préparer son speech, à prévoir des réponses aux questions du recruteur, mais aussi à se libérer des pensées et des croyances négatives. Le point avec Karima Rihani, psychosociologue et coach de performance en entreprise.

Éco-Conseil : En quoi consiste la préparation mentale à l’entretien d’embauche ?
Karima Rihani :
C’est désormais chose connue, un entretien d’embauche ne s’improvise pas, ça se prépare. À l’instar du sportif, la préparation à l’entretien s’impose pour permettre au candidat de mettre toutes les chances de son côté, dans le but de réussir un entretien et décrocher le job de ses rêves. Maîtriser les éléments figurant sur le CV et la lettre de motivation, bien connaître l’entreprise et le poste en question et soigner le code vestimentaire sont, entre autres, les points à ne jamais négliger avant un entretien d’embauche. Il est aussi conseillé de noter par écrit son speech, sa présentation et les points essentiels dont on veut se souvenir. Écrire ses notes sur un papier permet un ancrage de l’idée dans la mémoire du candidat. De même, il est recommandé de noter les réponses aux questions clés souvent posées lors d’un entretien d’embauche. 
Se préparer mentalement au face-à-face implique également de se libérer de toutes les idées négatives et croyances limitantes pouvant engendrer des sentiments de peur et de démotivation. 

Quelles sont les questions souvent posées par les recruteurs et auxquelles il faudra préparer en amont les réponses ?
Les questions du recruteur dépendent, certes, de plusieurs facteurs notamment la nature du poste, la culture de l’entreprise et les compétences requises. Toutefois, certaines questions peuvent être qualifiées de traditionnelles et d'incontournables. Elles se répètent dans quasiment tous les entretiens, c’est pourquoi il est recommandé de préparer en amont ses réponses et de les noter sur son bloc-notes. Ces questions sont, entre autres, comme suit : 
• Présentez-vous ou parlez-moi de vous : une question qui taraude beaucoup de candidats. Le défi à relever est énorme puisqu’il s’agit pour le candidat de réussir à donner une première impression à son recruteur. Pour relever ce challenge, il est conseillé de noter sa présentation et de maitriser son parcours étape par étape. 
• Pourquoi le choix de l’entreprise ou de ce poste ? : Il s’agit là de montrer au recruteur qu’on est sûr du choix et qu’on a un projet professionnel à atteindre. Attention, car c’est à ce moment de l’entretien que le recruteur commencera à évaluer la motivation réelle du candidat et sa prise de conscience de ce qui l’attend en entreprise. 
• Pourquoi devais-je vous choisir plutôt qu’un autre candidat ? : si le recruteur vous pose cette question, c’est pour évaluer concrètement vos qualités et votre capacité à relever les défis imposés par le nouveau poste. Pour formuler une bonne réponse à cette question, il est conseillé de lire et relire le texte de l’annonce et de relever les compétences requises. Il est aussi recommandé d’illustrer ses propos par des expériences vécues et des projets réalisés en amont.
• Comment vous projetez-vous dans 5 ans ? : Il s’agit là d’une vraie question piège que les recruteurs posent. Un challenge à relever, car il faut préparer un speech qui montre que l’on est ambitieux, sans pour autant donner l’impression qu’on va quitter l’entreprise.

Qu’en est-il des erreurs à éviter ?
Je pense que la première erreur à bannir absolument c’est de se laisser disperser par la petite voix interne. «Quoi que je fasse, on ne va pas m’accepter», «de toute façon, il y aura d’autres candidats mieux que moi», «Ne sont retenus que les pistonnés»… Il s’agit là d'expressions négatives qui mènent à l’échec. En les répétant sans arrêt, le cerveau humain comprend qu’il est inutile d’agir. Des blocages surgissent et le candidat devient réellement incapable de faire des pas pour décrocher le job en question. Il serait, par contre, avantageux pour le candidat de se répéter des phrases positives qui poussent à l’action type «je suis capable de relever le défi», «je finirai par réaliser mon projet professionnel». Ces expressions permettent d’adopter une posture positive et de gagner en confiance en soi. Autre erreur à bannir absolument : oublier de faire des recherches sur l’entreprise pour laquelle on a postulé. Je précise à ce niveau qu’il s’agit de faire des recherches sur les valeurs de l’entreprise, sa date de création et son secteur d’activité, entre autres. Des informations qu’on peut aisément retrouver aujourd’hui sur le site web de l’entreprise ou même en lisant des articles publiés par la presse.

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma