Économie

La modélisation est l’une des techniques de base de la PNL, souvent recommandée pour réussir sa vie professionnelle et atteindre ses objectifs. Elle consiste tout simplement à observer les comportements d’un modèle de réussite, à identifier ses facteurs de succès et à les reproduire pour plus de performance. Éclairages avec Leïla Naïm, professeur chercheur en communication et comportement, coach consultante senior et responsable du master RH à ESCA École de management.

Éco-Conseil : La modélisation est désormais considérée comme un facteur de réussite et de changement. Pourriez-vous nous en dire plus ?
Leïla Naïm
: Comme son nom l’indique, la modélisation, c’est prendre pour modèle. On peut même dire que la programmation neurolinguistique est née de la modélisation (PNL). En effet, pour établir la PNL en 1976, Bandler et Grinder se sont basés sur la modélisation de trois thérapeutes d’exception, à savoir Fritz Perls, père de la gestalt psychothérapie, Virginia Satir psychothérapeute familiale et le père de l’hypnose moderne Milton Erichson. Ils ont décortiqué toutes leurs techniques, leurs savoirs, leurs façons de procéder et leurs états internes et ils les ont modélisés. Aujourd’hui, la modélisation est très recommandée comme technique de réussite professionnelle. Elle consiste, en entreprise, tout simplement à reprendre ses mécanismes verbaux et non verbaux ainsi que ses modes comportement de réussite afin de modéliser son expertise. En d’autres termes, il s’agit d’observer le modèle de réussite, d'identifier ses points forts et de les reprendre en vue d’obtenir les mêmes résultats. On peut par exemple reprendre les valeurs et les croyances d’un manager, et là on parle de modélisation interne. On peut aussi reprendre sa posture ou son ton de voix, et là on parle plutôt de modélisation externe. Grâce à la modélisation, on peut devenir une version améliorée de soi-même. De ce fait, elle peut être un levier de réussite et de changement.

Concrètement, comment peut-on l'utiliser pour atteindre les objectifs professionnels ?
L’exercice se fait de manière à adopter la même gestuelle, la même façon de penser et de raisonner du modèle, voire son système de valeurs. Cela étant dit, il faut être capable de se demander ce qu’on a besoin de faire pour refléter exactement la personne à laquelle on veut ressembler. Une fois que la personne a bien observé tous les comportements verbaux et non verbaux du modèle, elle peut les représenter en les associant à la posture physique et à la physiologie du modèle. Une fois l’exercice accompli, il faudra se poser la question de savoir ce qu'évoque en vous l'adoption du comportement de l’autre : «Qu’est-ce que cela déclenche en vous ?» La modélisation interne concerne, plus précisément, les croyances, les attitudes et les stratégies. L’exercice consiste à réussir à savoir ce qui se passe dans la tête du modèle et de développer la flexibilité requise pour adopter sa stratégie de réussite.

En observant les comportements de l'autre, ne risque-t-on pas de reprendre certaines attitudes jugées négatives ?
Cela est tout à fait possible dans le cas où la personne qui veut reprendre le modèle ne s’est pas arrêtée pour cerner le besoin qui la pousse à ressembler au modèle visé et n’a pas non plus pris le temps de se poser la question de savoir ce que déclenche en elle le fait de reprendre les caractéristiques de l’autre. En l’absence d’un objectif clair et dans l’ignorance du besoin derrière l’exercice de modélisation, le risque de reprendre des attitudes qui ne servent pas forcément dans le processus du changement est très plausible. Toutefois, pour réussir la modélisation, il faut se focaliser davantage sur les capacités, c'est-à-dire sur des croyances et des valeurs particulières. Je recommande aussi de respecter les étapes qui ont été évoquées par Robert Dilts, dans son livre «Modéliser avec la PNL» (InetrEdition 2017). Il s’agit notamment de :
1. Les objectifs de l’exécuteur de la modélisation.
2. L’évidence (preuves) ou les procédures d’évidence utilisées par l’exécutant pour déterminer la progression en direction du but.
3. Les séries de choix utilisés par l’exécutant pour parvenir au but et les comportements spécifiques adoptés pour exécuter ces choix.
4. La manière dont l’exécutant réagit si le but n’est pas atteint à la première tentative.
La modélisation est donc un processus qui peut être utilisé pour créer un grand nombre de stratégies, de techniques et de procédures relatives à tous les secteurs de la compétence humaine. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma