Monde

Les deux plus grands hôpitaux de la partie rebelle d'Alep ont été touchés par des bombardements qui sont, selon des ONG et des habitants, des attaques délibérées pour y annihiler les infrastructures.

Les deux plus grands hôpitaux de la partie rebelle d'Alep ont été contraints de suspendre leurs activités après avoir été endommagés par des bombardements, l'un par un raid aérien, l'autre par un tir d'artillerie, a annoncé la Syrian American Medical Society (SAMS), l'ONG basée aux États-Unis qui les gère. «Je suis à l'intérieur de l'hôpital. Je m'y trouvais quand le bombardement a eu lieu. Tout le monde est terrifié et a peur qu'on soit les nouvelles victimes d'aujourd'hui», a confié Aref al-Aref, un membre du personnel médical, contacté depuis Beyrouth. À sa demande, l'AFP ne publie pas la localisation des deux hôpitaux pour des raisons de sécurité. Les armées de l'air syrienne et russe mènent depuis près d'une semaine une intense campagne de bombardements sur les quartiers tenus par les insurgés dans l'est de la deuxième ville du pays, réduisant en poussière de nombreux bâtiments.

La violence des frappes, qualifiée de sans précédent par les habitants et des ONG, est telle que le pape François a lancé «un appel à la conscience des responsables des bombardements, qui devront rendre compte devant Dieu». Par ailleurs, le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a annoncé avoir livré une «assistance alimentaire vitale» aux familles assiégées dans quatre villes syriennes. C’est la première fois que de la nourriture et des fournitures humanitaires ont pu être livrées, depuis le mois d’avril dernier, aux populations de Madaya et Zabadani dans la zone rurale de Damas ainsi qu'à celles de Foaa et Kefraya dans la zone rurale d’Idlib. Ce convoi conjoint des agences des Nations unies et du Croissant-Rouge arabe syrien «a apporté un soulagement inestimable à 60.000 personnes qui avaient besoin urgemment de nourriture et de fournitures médicales. Les rations alimentaires contiennent du riz, des lentilles, du boulgour, de l’huile végétale, du sucre, des haricots et des pois chiches, en quantité suffisante pour 60.000 personnes pendant un mois. 

Articles similaires

Newsletter :

Version desktop
Copyright © 2018 LEMATIN.ma